Exploration, réflexion

Démarche de la série « Ordinateur mon amour » :

L’Homme doit-il chercher le Savoir à l’extérieur ou en lui-même ?  Le refuse-t-il ?  En a-t-il peur ?  Préfère-t-il ne le toucher que du bout du doigt ?

Ma recherche tourne autour du Savoir et de la relation de l’Homme avec les machines qui l’assistent. L’ordinateur est le symbole incontestable d’un puits de savoirs : véritable gardien des données, il contient la connaissance que l’Homme a bien voulu lui déléguer. En effet, quelles sources de consciences plus riches que ces objets dont les idées divorcent, volent par paquets et se rejoignent à l’autre bout du monde pour afficher leur précieux contenu ?

Le tout est de décider qui sera finalement le maître.

Dépendants consentants ?

L’ordinateur est devenu à ce point indispensable qu’il fallait le désacraliser, lui retirer ses pleins pouvoirs.

Je ne cherche pas à faire le procès d’Internet et à m’écrier qu’il faut nous en méfier. Nous sommes en ce moment même dans une société ultra protectrice qui réduit toujours plus la liberté, avec un message sous-jacent qui est « Vous ne savez rien, nous savons mieux que vous ce qui est bon pour vous ».  Si je devais utiliser une image, je dirais que nous avons affaire à une mère envahissante, intrusive, possessive, étouffante, en un mot : castratrice. Si je devais utiliser un mot qui qualifie une forme de gouvernement, ce serait…. je vous laisse remplir le blanc.

L’expertise pour arme

Plutôt que de retirer aux gens les choses « qui peuvent les blesser », nous devons au contraire rendre l’homme davantage capable afin qu’il puisse maîtriser ces choses, quelles qu’elles soient. La technique n’est pas la seule partie à ambitionner : nous devons y intégrer l’habileté, mais aussi la responsabilité et l’éthique. C’est seulement alors que l’homme peut se considérer libre.

Le monde appartient aux experts, mais chaque humain peut devenir un expert, ce n’est pas l’apanage d’une minorité.

C’est ce que je cherche à montrer à travers mes sculptures, en privilégiant l’humour. Mes créations sèment la pagaille autour d’elles ; espiègles, vantardes, elles fanfaronnent. Elles sont les fous du roi de notre monde moderne, détenant dans leurs escarcelles des mots riches de sens, cachés ou à peine voilés.

Elles regorgent de petits détails qui ont tous leur(s) signification(s). Ce que je cherche avant tout à provoquer, c’est un recul nécessaire face à l’identification.

Le créateur

Parfois l’homme oublie qu’il est avant tout un créateur : il fait naître, puis ferme les yeux et fait semblant de ne pas être au courant.

Alors je le pousse un peu du coude… gentiment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s